Le sacripant de Salzbourg

par L'Univers de Noan  -  7 Janvier 2023, 08:00  -  #Compositeur, #Biographie, #Musicien, #Musique

Wolfgang Amadeux Mozart à 14 ans par Louis Gabriel Blanchet (1770)

Wolfgang Amadeux Mozart à 14 ans par Louis Gabriel Blanchet (1770)

Né à Salzbourg, le 27 janvier 1756, son père Leopold Mozart, (1719-1787), compositeur, est vice maître de chapelle du prince-archevêque de Salzbourg. Il est, par ailleurs, un excellent professeur de violon et ses cours sont très prisés. Wolfgang, initié très tôt par son père et enfant prodige, manifeste très jeune des dons pour la musique, composant dès l’âge de cinq ans et jouant devant le Prince Électeur de Bavière et devant l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse d’Autriche, et ce, dès sa sixième année.

 

Léopold sent qu’il est utile de présenter outre le divin génie, Maria Anna - sœur de Wolfgang - qui est une excellente pianiste. Il sait que cela peut lui rapporter beaucoup, c’est pourquoi, au milieu de l’année 1763, toute la famille Mozart part en tournée à Munich, Francfort, Cologne, Aix-la-Chapelle, Bruxelles et Paris où ils séjournent six mois. Ils sont accueillis entre autres par les philosophes du siècle des Lumières et par Madame de Pompadour.

 

En 1764, ils concluent cette tournée en se rendant à Londres. Ils sont accueillis par Johann Christian Bach, le onzième et dernier fils de Jean-Sébastien Bach alors maître de chapelle de la cour. Mozart surprend son public par ses talents précoces en jouant devant les familles royales de France et d’Angleterre. Durant cette période, il fait déjà publier ses premières œuvres musicales et écrit ses premières symphonies.

 

En 1766, la famille Mozart prend de nouveau la route en direction de la Hollande, puis sur le retour, elle décide de séjourner en France, notamment à Lille et puis Paris, la famille fait aussi une halte à Munich pour finalement rentrer à Salzbourg début 1767. Au printemps 1767, alors qu’il n’est âgé que de 11 ans, son oratorio « Die Schuldigkeit des ersten Gebotes » est joué devant l'archevêque de Salzbourg. Cette même année, il compose une cantate, un offertoire, un prologue ainsi qu’une tragédie.

Léopold Mozart (père) - Anna Maria Mozart (Mère) - Anna Maria Von Berchtold zu Sonnenburg (Soeur)Léopold Mozart (père) - Anna Maria Mozart (Mère) - Anna Maria Von Berchtold zu Sonnenburg (Soeur)Léopold Mozart (père) - Anna Maria Mozart (Mère) - Anna Maria Von Berchtold zu Sonnenburg (Soeur)

Léopold Mozart (père) - Anna Maria Mozart (Mère) - Anna Maria Von Berchtold zu Sonnenburg (Soeur)

En 1768, il compose pour la cour de l'empereur Joseph II à Vienne « La Finta Semplice », un opéra-bouffe en 3 actes, créé à Salzbourg en 1769 ou la famille Mozart restera le temps de préparer un autre voyage. En effet, dès le milieu de l’année 1769, Léopold décide de partir en Italie avec Wolfgang. Outre Rovereto, Vérone et Mantoue, où Wolfgang se produit et dirige ses œuvres, à Rome, il transcrit de mémoire le « Miserere de Gregorio Allegri » dont il est interdit de recopier la partition. Lors de son séjour à Bologne, il est admis à l'Accademia filarmonica. Puis il passe par Florence, Naples et Milan. Ce voyage permet à Mozart de partir à la rencontre des musiciens italiens, de leurs œuvres et surtout de se familiariser avec le style musical spécifique à l’Italie. À Milan, il obtient des commandes de symphonies. Son opéra « Mitridate, te di Ponto », est créé le 26 décembre 1770.

 

En 1771, de retour à Salzbourg, il compose « Ascanio in Alba », sur un livret de Giuseppe Parini qui est créé à Milan le 17 octobre 1771. En 1772, l'archevêque de Salzbourg meurt. Son successeur est moins enclin à la musique de Mozart. Ce dernier, décide donc d’effectuer son troisième voyage à Milan pour la création de son opéra « Lucio Silla », qui s’avérera être un échec.

 

En 1773, Les Mozart père et fils reprennent une nouvelle fois la route pour se rendre de nouveau à Vienne. Lors de ce séjour, Wolfgang écrit une série de quatuors à cordes et, à son retour, un ensemble de symphonies dont ses deux premières, la 25 en sol mineur et la 29 en la majeure. C’est aussi, lors de ce voyage, qu’il rencontrera Joseph Haydn. Hormis un voyage à Munich pour la première de son opéra « la fienta giardiniera » début 1775, la période, comprise entre 1774 et le milieu de 1777, se passe à Salzbourg, où Mozart travaille en qualité de « maître de concert » à la cour du prince-archevêque. Parmi les œuvres écrites durant cette période, on compte des messes, des symphonies, tous ses concertos pour violons, six sonates pour piano, plusieurs sérénades et divertissements ainsi que son premier grand concerto pour piano, le N°9 en mi-bémol majeur K 271, intitulé « jeune homme ».

Joseph II Empereur d'Autriche, Giuseppe Parini, poète italien et Joseph Haydn, compositeurJoseph II Empereur d'Autriche, Giuseppe Parini, poète italien et Joseph Haydn, compositeurJoseph II Empereur d'Autriche, Giuseppe Parini, poète italien et Joseph Haydn, compositeur

Joseph II Empereur d'Autriche, Giuseppe Parini, poète italien et Joseph Haydn, compositeur

En août 1777, voyant assez peu de perspectives à Salzbourg pour un compositeur de son talent, il se décide à chercher un poste ailleurs. En attendant, il démissionne de sa charge de Maître de chapelle de l'archevêché de Salzbourg et décide d’entreprendre un nouveau voyage à Munich et Paris accompagné de sa mère. C’est lors de ce séjour parisien que cette dernière décède. ​

 

Les années 1779-1780 se déroulent à Salzbourg où il accepte le poste d’organiste à la cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg et de musicien à la cour. Durant cette période, il va composer des œuvres de musique sacrée, des symphonies, des concertos, des sérénades et de la musique dramatique. Toutefois, l’opéra demeure au centre de ses ambitions et il se présente une occasion sous la forme d’une commande venant de Munich ; Munich où il retourne, au cours de l’année 1780, pour la création de son opéra « Idomeneo, Rê di Crêta » (Idoménée, Roi de Crète) en janvier 1781. Cette œuvre, est un véritable succès, mais de retour à Salzbourg, il est licencié par le prince-électeur qui ne supporte plus ses absences répétées. En 1781, Wolfgang s'installe seul à Vienne. Le 4 août 1782, il épousa Constanze Weber, la fille de sa logeuse.

 

En juillet 1782, pour la cour de l'empereur Joseph II, il crée et met en musique un texte de Johann Gottlieb, « Die Entführung aus dem Serail » (l’enlèvement au sérail) une œuvre chantée en allemand qui va bien au-delà des limites habituelles de la tradition par ses longs chants à l’écriture élaborée, d’où l’observation de l’Empereur Joseph II, restée célèbre : « trop de notes mon cher Mozart ». Dans cet opéra, Mozart y peint, par une écriture orchestrale éclatante et une abondance de récitatifs orchestraux profondément expressifs, une émotion grave et héroïque emprunte d’une richesse que l’on ne retrouve pas dans ses autres œuvres... C’est aussi en 1782, qu’il adhère à la franc-maçonnerie.

 

Noan Benito Vega
Prochain article :
Jupiter, l'apogée symphonique

Constance Mozart, Prince Archevêque de Salzbourg et Marie Thérèse , Impératrice d'AutricheConstance Mozart, Prince Archevêque de Salzbourg et Marie Thérèse , Impératrice d'AutricheConstance Mozart, Prince Archevêque de Salzbourg et Marie Thérèse , Impératrice d'Autriche

Constance Mozart, Prince Archevêque de Salzbourg et Marie Thérèse , Impératrice d'Autriche

Chers Lecteurs,
 

Sachez que je reste fidèle à cette valeur qu’est la gratuité et reste convaincu que cette dernière et le partage sont encore possibles sur internet… Mais n’oubliez pas, chers amis lecteurs, que vous êtes les garants de mon indépendance. L’existence de Passions Plurielles, dans la durée, dépend à la fois des dons et des actions réalisées à partir du site, par l’intermédiaire des partenaires. Même si je ne m'engage pas sur la voie du profit, comme toute structure, Passions Plurielles à besoin de ressources financières qui lui permettent à la fois de fonctionner et de se développer. Plus vos soutiens seront nombreux, plus le site durera et se développera. Alors, d’avance, merci à tous ceux qui contribuent à faire en sorte que Passions Plurielles puisse continuer à se développer au fil du temps… Bonne visite…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :