Shine

par Noan  -  15 Juillet 2020, 18:44  -  #Cinéma, #Biopic

Shine

Troisième et dernier enfant d'une famille d'immigrés juifs polonais installée en Australie, David Helfgott a manifesté dès son plus jeune âge des dons de pianiste qui font la fierté de son père, Peter. Père autoritaire qui forçant ce fils à devenir un parfait pianiste, l’éduque et le prive de ses plus belles années pour lui permettre d’accéder au statut de Maestro, le poussant sans cesse à devenir le meilleur.

Un jour, lors d'un concours, David attire l'attention d'un certain Ben Rosen, qui propose de le prendre comme élève. Grâce à celui-ci, il franchit un palier décisif et accumule dès lors les récompenses. Si bien que quelques années plus tard le grand Isaac Stern en personne lui offre de poursuivre son apprentissage dans son académie, aux États-Unis. Mais Peter ne peut se résoudre à voir son fils lui échapper.

Le jeune prodige, se voit alors offrir une bourse pour aller apprendre la musique à Londres (Academy Royale de Musique). Il accepte devant ainsi s'affranchir de cette autorité paternelle. Au Royaume Uni, lors du grand soir où il doit jouer la partition de sa vie (
Concerto N°3 pour piano et orchestre de Rachmaninov
), David est foudroyé sur place par une attaque cérébrale et son destin de pianiste s'effondre...

Dans Shine, le réalisateur Scott Hicks et l'auteur Jan Sardi dévoilent une biographie non conventionnelle à propos d'un jeune pianiste virtuose devenant presque fou en partie à cause de la protection monstrueuse de son père. Adulte, il trouve une rédemption inespérée grâce à une femme étonnamment compréhensive. Des performances dépassant l'excellence, incluant des contributions lumineuses de Lynn Redgrave et Sir John Gielgud, un tour de force puissant de la part de Armin Mueller-Stahl, plus qu’une narration forte et émotive, ce film, tiré d’un fait réel, et un véritable chef d’œuvre.

Quelque part entre Rain man et Amadeus, en plus intimiste, Shine a brillé à Sundance, Toronto (prix du public et prix du jury) et reçu de nombreux prix. Avec un record « d'Oscars » australiens (meilleur acteur, meilleur second rôle, meilleur scénario) en 1996, Shine a aussi été élu meilleur film par le Bureau National des Critiques aux USA. Il est nominé 5 fois aux Golden Globes et reçoit l’Oscar du meilleur acteur en 1997 ainsi que l’ours d’or d’interprétation masculine en 1997 au festival de Berlin. Le film a amassé dans un petit circuit de salles près de 15 millions de dollars. Les acteurs Geoffrey Rush et Noah Taylor ont été primés un peu partout, de Los Angeles à New York. Un film a voir absolument…


Noan Benito Vega
Prochain article :
Moulin Rouge, un smile un peu trop hollywoodien.

Shine
Australie - Drame - 1996
Un film de Scott Hicks et la participation de Mr et Mme Helfgott
Avec Geoffrey Rush, Lynn Redgrave, Noah Taylor, John Gielgud

Chers Lecteurs,
 

Sachez que je reste fidèle à cette valeur qu’est la gratuité et reste convaincu que cette dernière et le partage sont encore possibles sur internet… Mais n’oubliez pas, chers amis lecteurs, que vous êtes les garants de mon indépendance. L’existence de Passions Plurielles, dans la durée, dépend à la fois des dons et des actions réalisées à partir du site, par l’intermédiaire des partenaires. Même si je ne m'engage pas sur la voie du profit, comme toute structure, Passions Plurielles a besoin de ressources financières qui lui permettent à la fois de fonctionner et de se développer. Même si je ne m'engage pas sur la voie du profit, comme toute structure, Passions Plurielles a besoin de ressources financières qui lui permettent à la fois de fonctionner et de se développer. Plus vos soutiens seront nombreux, plus le site durera et se développera. Alors, d’avance, merci à tous ceux qui contribuent à faire en sorte que Passions Plurielles puisse continuer à se développer au fil du temps… Bonne visite…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :